retour au site de la BnF retour à la page d'accueil du Guide du catalogueur

Organisme Norme (année)

Dates aaaa/mm/jj

 

ISO 233-2 (1993)

Création

2010/01/11

Mise à jour

 

 

Chaîne de traitement

Dépôt légal / Acquisitions, dons, échanges

Type de notice

Tout

Type de document

Tout

Titre

Translittération de l’arabe à la BnF : utilisation de la norme ISO 233-2 (1993)

Mots clés

arabe ; article défini ; signe de ponctuation ; signe diacritique ; translittération ; translittération simplifiée ; Unicode

 

Sommaire

1 - Principes généraux

2 - Translittération des consonnes

3 - Translittération des voyelles et diphtongues

4 - Translittération des caractères non alphabétiques

5 - Remarques

5.1 - Note sur la translittération des voyelles

5.2 - Traitement de l’article ال

5.3 - Translittération de l’alif suscrit

5.4 - Translittération de hamza(ء)

5.5 - Translittération de la šadda

5.6 - Translittération spécifique de quelques prépositions et conjonctions

6 - Compléments à la norme ISO 233-2 (1993)

6.1 - La nisba

6.2 - Le و avec šadda

6.3 - Caractères marocains et tunisiens

6.4 - Alif dit « orthographique »

 

1 - Principes généraux

Dans le contexte des bibliothèques, la norme de translittération de l’arabe est ISO 233-2 (1993) Translittération des caractères arabes en caractères latins, Partie 2 : Langue arabe – Translittération simplifiée. Pour la définition de la translittération, voir la fiche Introduction aux pratiques de romanisation.

Cette translittération simplifiée est utilisée de préférence à la translittération complète fixée par la norme ISO 233-1 (1984) car elle est plus adaptée au traitement bibliographique et à la construction des index.

Elle a pour principe la restitution standard et homogène du système vocalique sans tenir compte de la vocalisation présente ou absente dans le document original, de manière à préserver la cohérence des index. Que la graphie originale du mot soit courante, semi-complète ou complète, le système vocalique est toujours restitué de la même manière en translittération. Les voyelles sont restituées (َ=a ; ُ=u ; ِ=i) mais le sukun et les voyelles finales ayant une valeur uniquement flexionnelle sont omises (voir § 3 Translittération des voyelles et des diphtongues).

Ce principe de restitution vocalique homogène est inspiré des pratiques des bibliothèques arabes. La norme ISO 233-1 (1984) de translittération complète imposerait quant à elle de respecter rigoureusement la graphie originale en translittération.

 

Nota bene : de nombreuses bibliothèques étrangères s’appuient sur des systèmes nationaux de translittération de l’arabe qui peuvent comporter certaines différences avec la norme ISO. Par exemple :

- en Allemagne :

http://www.eromm.org/project/doku.php?id=transliteration:arabisch:start [consulté le 2012-03-09]

- aux États-Unis, en Grande-Bretagne, le système ALA :

http://www.loc.gov/catdir/cpso/romanization/arabic.pdf [consulté le 2008-05-07]

 

2 - Translittération des consonnes

N° d’ordre ISO

Caractère arabe

Code Unicode du caractère arabe

Translittération majuscule

Code Unicode de la translittération majuscule

Translittération minuscule

Code Unicode de la translittération minuscule

Remarques

1

ا

0627

 

 

 

 

Voir remarques 5.1, 5.2, 5.4
et 6.4

2

ء

0621

ʾ

02BE

Voir remarque 5.4

3

ب

0628

B

0042

b

0062

 

4

ت

062A

T

0054

t

0074

 

5

ث

062B

1E6E

1E6F

 

6

ج

062C

Ǧ

01E6

ǧ

01E7

 

7

ح

062D

1E24

1E25

 

8

خ

062E

0048

puis : 0331

1E96

Pour la saisie en majuscule, saisir d’abord « H »

9

د

062F

D

0044

d

0064

 

10

ذ

0630

1E0E

1E0F

 

11

ر

0631

R

0052

r

0072

 

12

ز

0632

Z

005A

z

007A

 

13

س

0633

S

0053

s

0073

 

14

ش

0634

Š

0160

š

0161

 

15

ص

0635

1E62

1E63

 

16

ض

0636

1E0C

1E0D

 

17

ط

0637

1E6C

1E6D

 

18

ظ

0638

1E92

1E93

 

19

ع

0639

ʿ

02BF

 

20

غ

063A

Ġ

0120

ġ

0121

 

21

ف

0641

F

0046

f

0066

Graphie maghrébine : ڢ

06A2

22

ق

0642

Q

0051

q

0071

Graphie maghrébine : ڧ

06A7

23

ك

0643

K

004B

k

006B

 

24

ل

0644

L

004C

l

006C

 

25

م

0645

M

004D

m

006D

 

26

ن

0646

N

004E

n

006E

 

27

ه

0647

H

0048

h

0068

 

27a

ۃ

06C3

 

 

1E97

 

28

و

0648

W

0057

w

0077

Voir également n° 31

29

ي

064A

Y

0059

y

0079

Voir également n° 32

29a

ى

0649

 

 

 

 

Voir remarque
5.1 et 5.4

 

3 - Translittération des voyelles et diphtongues

Voir également le § 5.1  Note sur la translittération des voyelles

 

N° d’ordre ISO

Caractère arabe

Code Unicode du caractère arabe

Translittération majuscule

Code Unicode de la translittération majuscule

Translittération minuscule

Code Unicode de la translittération minuscule

30

َ

064E

 

 

a

0061

َا

064E   puis0627

Ā

0100

ā

0101

ًا

064B
puis 0627

Ā

0100

ā

0101

30a

ٰ

0670

Â

00C2

â

00E2

 

30b

َى

064E
puis 0649

 

 

á

00E1

ىٰ

0649
puis 064E

 

 

á

00E1

ىً

0649
puis 064B

 

 

á

00E1

 

 

31

ُ

064F

U

0055

u

0075

ُو

064F
puis 0648

Ū

U+016A

ū

016B

ٌ

 

Non restitué

َوْ

064E
puis 0648 puis 0652

 

 

aw

0041
puis 0077

32

ِ

0650

I

0049

i

0069

ِې

0650
puis 064A

Ī

012A

ī

012B

ٍ

064D

Non restitué

َيْ

064E
puis 064A puis 0652

 

 

ay

0041
puis 0077

4 - Translittération des caractères non alphabétiques

Tableau n° 3 : autres signes conventionnels

 

N° d’ordre ISO

Caractère arabe

Code Unicode

Translittération

33

ْ

0652

Non restitué

34

ّ

0651

Redoublement du caractère qui porte le signe diacritique. 

35

ٱ

0671

Non restitué. Voir notamment remarque 6.4

 

Tableau n° 4 : ponctuation

 

Caractère arabe

Code Unicode du caractère arabe

Caractère latin

Code Unicode du caractère latin

Désignation

،

060C

,

002C

Virgule

؛

061B

;

003B

Point-virgule

؟

061F

?

003F

Point d’interrogation

5 - Remarques

5.1 - Note sur la translittération des voyelles

 

a) Lorsqu’elles jouent le rôle de lettres de prolongation, les lettres ا ، و ، ي ، ى sont restituées par le symbole de la voyelle longue, c'est-à-dire respectivement par « á », « ī », « ū » et « ā ».

Exemples :     الفارابي              =>        al-Fārābī

                        الشرق الأدنى       =>        al-Šarq al-adná

                        b) Dans les autres cas, les lettresي  et و sont restituées respectivement par « y » et « w ».

Exemple :        الولاية    =>        al-wilāyaẗ

 

5.2 - Traitement de l’article ال

L’article défini ال, quelle qu’en soit la vocalisation, est restitué par « al- ».

 

Conformément aux principes généraux de la translittération, précédemment énoncés, il n'est pas tenu compte de l'assimilation de l'article devant les lettres solaires, car ce phénomène, phonétique, n'a aucune incidence sur l'écriture.

 

Exemple :          السياسة              =>        al-siyasaẗ   (et non as-siyasaẗ)

 

 

Si l’alif (ا) disparaît, le « a » n’apparaît pas en translittération (par exemple dans le cas de la préposition ل ).

Exemples :      بالقاهرة             =>        bi-al-Qāhiraẗ

للأمير     =>        li-l-amīr


Voir aussi la fiche Noms arabes : traitement de l’article al-

 

5.3 - Translittération de l’alif suscrit

L’alif suscrit est restitué par un accent circonflexe latin.

Exemple :      الله       =>        Allâh

 

5.4 - Translittération de hamza(ء)

a) La hamzainitiale n’est pas restituée.

Exemple :      الأمير      =>        al-amīr

 

                   b) Dans tous les autres cas, que ce soit avec ou sans lettre support, la hamzaest translittérée par le signe diacritique ʾ(voir tableau 1, caractère n° 2).

Exemples :     المسؤول            =>        al-masʾūl

                  الهيئة                  =>        al-hayʾaẗ

 

         c) La lettre support de la hamzan’est jamais restituée en translittération.

5.5 - Translittération de la šadda

La šadda ّ est restituée par le redoublement du caractère latin concerné.

Exemple :        مكّة       =>        Makka

5.6 - Translittération spécifique de quelques prépositions et conjonctions

Les prépositions li, bi et ka (ل ، ب ، ك) ainsi que les conjonctions wa ou fa  ( و ، ف ) sont jointes au mot qui suit. Elles en sont séparées en translittération par un trait d’union.

Exemples :     لسمير    =>        li-Samīr

تاريخ العلوم وتصنيفها في العالم الإسلامي      =>        Tārīẖ al-ʿulūm wa-taṣnīfihā fī al-ʿālam al-islāmī

6 - Compléments à la norme ISO 233-2 (1993)

6.1 - La nisba

 

   La translittération de la nisban’est pas déterminée par la norme ISO 233-2 (1993). Par exemple le motرمزيّة  peut être restitué « ramziyya» ou « ramzīyaẗ». Le choix de la BnF est de redoubler le « y » correspondant au ي qui supporte la šaddaẗplutôt que d’indiquer la longueur de la voyelle qui précède.


Exemple
 :        رمزيّة     =>        ramziyya

 

6.2 - Le و avec šaddaẗ

 

   Le choix de la BnF est de redoubler le « w » correspondant au و qui supporte la šaddaẗ plutôt que d’indiquer la longueur de la voyelle qui précède.


Exemple
 :        القوّة     =>        al-quwwa(et non al-qūwa)

 

 

6.3 - Caractères marocains et tunisiens

 

   Les caractères گ et ڤ  (utilisés respectivement au Maroc et en Tunisie dans les noms propres) sont restitués par la lettre latine « g ».

 

 

6.4 - Alif dit « orthographique »

 

   Le cas de l’alif orthographique final (mādīou accompli 3e personne du pluriel) n’est pas envisagé par la norme ISO 233-2 (1993). Il n’est pas prononcé et n’est pas restitué en translittération.

Exemple :        فتحوا     =>        fataḥū

 

 

 

 

Retour au sommaire